Pourquoi ce roman      Bibliographie     Articles et interview    Retour vers l'accueil     
"Un trésor d'embrouilles"

-

          
                 

 

Éditions Syros
Collection Souris noire - avril 2008

www.syros.fr


Quelques critiques...


Jean-Paul Nozière, qui depuis quelques années se consacre essentiellement à l’écriture, est l’auteur d’une soixantaine de romans, livres pour adolescents et policiers pour adultes. Pour une partie de l’intrigue de « Un trésor d’embrouilles », il reprend une histoire réelle survenue en 1985, quand trois amis ont découverts près d’Ajaccio, plus de quatre mille pièces d’or romaines, un fabuleux trésor. Lire la suite sur le site Science fiction magazine - Serge Perraud

--------------------------------------------
Un trésor d'embrouilles a été recommandé par le mensuel corse "Méditerranée Magazine" de juin 2008.
--------------------------------------------


Parce que leurs parents ont gagné un voyage en Australie, Malou et Pilou partent eu vacances chez Paul, Lui oncle, en Corse. Ils trouvent un misérable cabanon sans eau ni électricitélà où ils comptaient trouver Lille magnifique villa. lis y rencontrent Nino et avec lui partagent leur amour de la baignade et des promenades eu bateau. Les frères Ziem, spécialistes (lu trafic d'armes, sont dérangés par leur présence dans la crique où ils ont leur dépôt et engagent un vigile pour les faire s'en aller. Il doit faire exploser la falaise et leur faire peur. Deux gendarmes, chargés de l'enquête sur les frères Ziem ont disparu. Lili, une ancienne gendarme, démissionnaire et depuis installée comme restauratrice au Canada, décide de partir à la recherche de ses anciens instructeurs à l'école de gendarmerie. Voilà le cadre de cette histoire où l'on trouve aussi la découverte d'un trésor de pièces d'or romaines, la recherche du vigile donc la star a été enlevée, et enfin la découverte de la réalité de la disparition des gendarmes... C'est intéressant, plein de rebondissements comme il convient à une enquête policière où les ados jouent un rôle de premier plan. Quant aut aux Cotres, ils seront sans doute un peu moins enthousiastes, honneur oblige.
René Boyer, Griffon - juillet 2008