Pourquoi ce roman      Bibliographie     Articles et interview   Retour vers l'accueil        
"Le Ville de Marseille"



  lire le premier chapitre


Algérie, printemps 1962. Paul, treize ans, fils de colons français, vient de perdre sa mère qui s'apprêtait à fuir, comme tant d'autres, à bord du Ville de Marseille... Alors que dehors, l'OAS fait régner la terreur, le temps s'est arrêté dans la demeure familiale. Fatma, la fidèle servante, pleure sa maîtresse et ose enfin lui dire tout ce qu'elle pense. Elle se rappelle tout, Fatma: le petit Paul qu'elle a élevé, monsieur Marcel qui n'était pas heureux au Bel Oranger, madame Paula qui en était folle. Mais de quoi Paula est-elle vraiment morte?
Et Marcel n'était-il qu'un mari volage et un père absent? Paul va enfin pouvoir se réapproprier son histoire et, avec sa vérité, se tourner vers l'avenir.
Un roman simple et bouleversant sur l'intimité d'une famille pied-noire au lendemain de la guerre d'Algérie.


Éditions Gallimard/Scripto - 2007

Édition précédente



Lire l'entretien avec le journaliste Rachid Mokthari paru dans le journal algérien "L'Est Républicain"

Quelques critiques


«Ce livre fait partie des coups de cœur de Ricochet. En ce printemps 1962, au Bel Oranger, une ferme algérienne, on se prépare à partir en métropole sur le bateau Le Ville de Marseille. Mais la mère, Paula, décède subitement. Oublié dans la valse des adultes, le petit Paul a du mal à réaliser ce qui se passe…
Paru pour la première fois en 1996 (Seuil), «Le Ville de Marseille» est la suite spirituelle de Un été algérien (1990, Gallimard), variation hyper-sensible d’une histoire personnelle sur fond de Guerre d’Algérie.[...] Jean-Paul Nozière gagne le double pari d’un roman très dense, à teneur autant historique que psychologique : la famille décomposée et la guerre sans nuances auront eu raison de Paula, figure pied-noir dramatique.»
Sophie Pilaire, Ricochet

«Par notations précises et impressionnistes, l’auteur parvient à restituer parfaitement l’atmosphère de l’époque et à montrer la complexité et l’ambiguïté des sentiments éprouvés par les trois personnages. Toute la palette des mentalités est exprimée de manière juste.. »
Inter CDI

«Jean Paul Nozière fait revivre ici de façon bouleversante, à travers les drames et les joies d’une famille de « pieds-noirs », les existences contrastées de tous les colons avec leurs hésitations, leurs certitudes, le fidèle attachement des uns, l’opportunisme des autres, leurs espoirs et leurs illusions.»
Textes et Documents pour la Classe

Éditions précédentes